Forum fermé pour cause d'inactivité. Mais bientôt une version 2 donc à bientôt ! (:

Partagez | 
 

 Main de fer [~feat Elvira]

Aller en bas 
AuteurMessage
Aelia
Rang 3
avatar

Messages : 481
Elys : 2581
Age : 33

MessageSujet: Main de fer [~feat Elvira]   Mer 29 Fév - 20:58

...
Elvira ~ Aelia
«Une vraie rencontre, une rencontre décisive, c'est quelque chose qui ressemble au destin.»




Une étendue verte, pareille à un océan de verdure, me faisait face. Le vent furieux faisait danser l’herbe tandis que les oiseaux continuaient leur interminable ballet dans le ciel bleu, indifférents à ce souffle dispersant les nuages. Perdues dans mes pensées, je préparais mentalement mon prochain voyage dans le désert du Takamakean. Le seigneur Eolithe m’avait chargée d’aller commercer avec les nomades, connus pour la richesse de leurs mines d’or et d’argent. Ce peuple fier du désert augmentait toujours et encore le prix de ces métaux précieux et le seigneur envoyait sa conseillère afin de les ramener à un coût plus raisonnable. Ce n’était pas une mince affaire mais ils n’étaient pas assez stupides pour risquer de fâcher le chef de la cavalerie impériale. Je ne doutais pas un instant de la réussite de la mission, parler et négocier, c’est ce que je faisait de mieux. Cette réflexion me fit sourire. Je profiterais bien sûr de l’occasion pour approfondir mes connaissances sur la faune et flore de cet environnement hostile. Un ami, natif de Vega, me guiderais dans ces interminables dunes de sable jaune. Je goûterait au thé brûlant tout en écoutant les contes peuplés de djinns et d'animaux féroces...

Le jour venait à peine de se lever et un froid matinal me fit frissonner. Je serrai contre moi ma capeline en velours et retourna lentement au château, imposante bâtisse clair aux murs ouvragés. Je s’arrêtai un moment et contemplai l’architecture de cette citadelle qui était devenue ma maison. J'en connaissait les moindres recoins, chaque appartement, pièces, couloirs, escaliers, combles lui étaient connus. Les habitants du château étaient devenus une famille. Je prenais plaisir à leur parler, découvrir leur métier, leurs passions, leur vie. Et à la tête de ce château : le seigneur Eolithe. Celui qui m'avait sauvé, aidé à renouer avec la vie. Pas un nouveau père. Non. Un mentor exigeant et implacable mais toujours dans mon intérêt.
Je caressai machinalement ma main mécanique, et fronçai les sourcils. Il y a quelques semaines, j'avais glissé sur une marche mouillé et étais retombée sur son membre de métal. Depuis ma main ne bougeait plus et devenait une charge inutile, encombrante et extrêmement gênante. Sur le dos de la main, les plaques d’acier étaient cabossées et rayées. On pouvait même voir quelques fils de fer et rouages dépassaient de la protection métallique. J'avais essayé de la réparer avec sa boîte à outils spécialement conçue pour le mécanisme mais rien n'y fait. Même les efforts de l’orfèvre et de l'horloger du village furent vains. Heureusement le seigneur Eolithe avait demandé au mécanicien des Armées, réputé pour son expérience, de se charger de la réparer avant que je ne partais en mission. Il devait arriver sous peu et je l'attendais avec impatience.

Je gravis rapidement les escaliers menant à ma chambre. C’était une chambre coquette avec un lit spacieux en chêne, un bureau où Aelia entretenait sa correspondance, une haute armoire, un large balcon où elle pouvait admirer la beauté de la plaine d’Ijada et une imposante bibliothèque remplie de livres de toutes sortes. De nombreux ouvrages venant directement de la Grande Bibliothèque à Altaïr jonchaient aussi le secrétaire. J'enfilai une robe en velours bleu-nuit avec empiècement de satin blanc puis coiffai longuement mes longs cheveux blonds avant d’en faire une natte retombant sur mon épaule. J'attrapai mon baluchon en lin où s'y trouvait ma boîte à outils, ma boussole, ma longue-vue, une bourse et quelques livres. Je partis ensuite d’un pas joyeux, traversai la cour en chantonnant et saluai le seigneur se rendant à la chasse. Soudain une petite fille poursuivit pas un garçon de son âge arrivèrent en courant et la fillette, regardant son ami, me heurta. Sous le choc, elle tomba sur le sol froid et s’écorcha les mains ainsi que le genou droit. Mais elle se releva rapidement, aidé du jeune garçon et elle déclara d’une petite voix :

- Désolé ma Dame, je ne vous avez pas vu… je …

Je lui répondis par un sourire avant de prendre sa main et me concentrais en fermant les yeux. J'inspirai longuement et expirai. Chercher au plus profond de soi, l'essence même de son âme, la source de son pouvoir... Une lumière verte émanait de ma main droite, celle-ci longea le bras de la fillette avant de pénétrer en elle. Une vive chaleur sur ses blessures fit poussait un petit cri de surprise à la petite fille. Quelques secondes plus tard, les égratignures avait disparues. Je rouvris les yeux et fis un clin d'œil aux deux enfants.

- Ce n’est rien, allez-vous amusez mais faites quand même attention !
- Merci beaucoup ma Dame !


Les deux enfants s’enfuirent en riant, mon visage s’éclaira d’un magnifique sourire et je les suivis du regard. Ils coururent à travers la plaine verdoyante avant d'être happé par un village. Un bonheur incroyable m'emplit, aider les autres m'avait toujours procuré une joie profonde.
Ce serait une très belle journée ! Soudain un bruit de galop me fit me retourner.

_________________
Signature by Erwan !
Spoiler:
 


Dernière édition par Aelia le Dim 25 Mar - 18:35, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elvira
Rang 3
avatar

Messages : 494
Elys : 2443
Age : 28
Localisation : Ailleurs..

MessageSujet: Re: Main de fer [~feat Elvira]   Jeu 1 Mar - 21:14

C'était agréable de sortir un peu, de prendre l'air et de faire le chemin à cheval. L'air doux me caressait le visage lorsque que je traversait la plaine d'Ijada. C'était un véritable océan de verdure ondulant au grès du vent et déroulant ainsi tout un camaïeux de vert argenté. Cet endroit était vraiment paradisiaque pour moi! Un grand espace dégagé à l'ambiance fraiche et au odeur d'herbe mouillée.
Il était encore tôt et je m'arrêtais quelques minutes pour profiter de ce petit plaisir. Je n'avais pas pour habitude de sortir très souvent de la capitale, je travaillais toujours à l'atelier mais aujourd'hui j'en avais l'occasion alors je décidai de retarder un peu mon arrivée au lieu dit. Je descendis de ma monture et en prenant appui, je retirai mes chaussures en cuir fin. Tout en douceur, profitant de chaque seconde je plongeais mes pieds dans l'herbe humide de rosée. J'était partie tôt et j'avais bien fais. Ce frais me fit un bien fou et fermant les yeux je fis quelques pas. Il n'y avait personne, j'étais comme seule au monde, perdue dans cette océan étincelant qui s'étendait à présent à l'infini... Une violente bourrasque de vent s'engouffra dans mes cheveux et fit tomber mon chapeau haut de forme, quand je rouvris les yeux, le soleil était devant moi irradiant de sa lumière toute la plaine! C'était un tableau magnifique, une de ces merveilles de la nature qu'on ne voit que lorsqu'on voyage et que tout les gens de la ville ignorent.

Je me mis à regretter l'époque où j'étais libre de mes mouvements, celle où je voyageais avec mon père. Maintenant que j'avais un travail tout cela ne m'était plus possible. Je rêvais d'aventure et de liberté tout en remontant sur mon cheval après avoir ramasser mon couvre chef.

-Un jour, toi et moi on partira. Mon supérieur se passera de moi quelques semaines, je suis indispensable mais j'ai le droit de respirer... Bon évidemment il faudra qu'il accepte que je t'emmène, comme tu n'es pas a moi. Mmmh... Allons de l'avant mon cher! Nous sommes attendus!-

Oui, j'avais parlé à mon destrier. Il se trouve que Keshyl était un cheval très intelligent, c'était d'ailleurs un véritable plaisir de le monter. Comme si il lisait dans mes pensées, il effectuait l'ordre avant même que je le lui commande. Un pur délice! Nous reprîmes donc la route et mon visage se ferma quand je repensais à ce qui m'amenait ici. Mon chef avait reçu une demande d'un certain seigneur, dont je n'ai même pas retenu le nom. Apparemment, sa conseillère possédait une main mécanique, cette dernière était endommagée et il lui fallait quelqu'un de performant pour aider ce fameux seigneur, ou plutôt sa conseillère. Malheureusement, pour moi, le mécanicien des Armées devait justement s'occuper... des Armées, il n'avait donc pas le temps d'y aller lui même. C'est donc tout naturellement qu'il m'avait confier cette tâche. Je ne sais vraiment pas comment le remercier... Vraiment! J'allais me faire un plaisir d'aider une noble snob et puis une fois le travail fait se retournerait pour me planter sur place question de bien me faire jaser en faisant briller ses parures une dernière fois sous mes yeux avant de faire volte-face. J'imaginais parfaitement la scène, une vieille Dame voulant redorer sa main mécanique légèrement éraflée.

-Oh oui! Merci à vous Monsieur! Depuis tellement longtemps que j'attendais de me faire snober par une noble de la plaine!-

J'avais crié d'une petite voix pleine d'ironie. Par réflexe je jetais quelques regards autour de moi, il aurait été gênant de m'apercevoir que je n'étais pas seule.
C'est donc je nouveau énervée que je lançais Keshyl au galop. Plus vite arrivée, plus vite fini, plus vite repartie. Voilà l'attitude que je décidais d'adopter en ce moment même! Une petite heure plus loin, alors que je passais de l'autre côté d'une colline, un château apparut sous mes yeux. Vaste domaine aux pierres imposantes, c'était une grande et belle propriété. Mon supérieur ne s'était pas moqué de moi en me disant que c'était un grand seigneur! Je repartis de plus belle en direction de la bastille. J'entrais dans une cours où plusieurs hommes se préparaient, sans doute pour une partie de chasse. Plusieurs d'entre eux se tournèrent vers moi, le temps de remettre mes cheveux en place et de me redresser, j'affichais un petit sourire de satisfaction. J'aperçus une jeune femme à la chevelure blonde tressée. Je m'approchais alors pour lui demander où était le maître des lieux. Ce devait être la nourrice d'un des enfants. Je n'avais pas vu, cachée dans sa manche, sa main métallique.

-Excusez moi! Roturière! Pouvez-vous me dire où se trouve votre seigneur? C'est le mécanicien des Armées qui m'envoie.-

Sans attendre, je descendis de mon fier destrier et détachais ma boîte à outil. Elle était sacrement lourde, je poussais un soupir, comprenant que je devrais me la trimballer dans tout le domaine. Je n'avais pas pour habitude de la porter, elle était posée sur une table et elle y restait!

-Pouvez-vous me prendre ceci, je vous prie? Attention, c'est lourd.-

Je ne fis pas attention et tendis le bras vers elle. Je levais la tête pour voir ce qui m'entourait et observer un peu ce château que j'appréciais de plus en plus. Entre ces murs il est vrai que l'on se sent en sécurité. Ses hautes tours m'impressionnaient et j'avais hâte de voir les habitations du seigneur et de sa conseillère, se devait être tout à fait charmant.... Mais un grand bruit sourd me ramena à la réalité. Ma boîte à outil était tombée violemment sur le sol dans un fracas de ferraille assourdissant!

-Mais voyons, faîtes un peu attention! Vraiment, j'aurais deux mot à dire a votre seigneur, c'est inadmissible de traiter mon matériel de cette façon! Je suis une professionnelle et je suis venue ici pour travailler, pas pour qu'une empotée de servante sabote mes outils!-

_________________
Bienvenue par-Minou ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aelia
Rang 3
avatar

Messages : 481
Elys : 2581
Age : 33

MessageSujet: Re: Main de fer [~feat Elvira]   Sam 3 Mar - 17:29

Mon regard se posa sur la jeune femme me faisant face, elle était vêtue commodément avec des habits de voyages, ses cheveux châtains parsemés de mèches colorées tombants sur ses épaules. Ce fut son regard qui m’interpella, un regard franc et décidé avec une ambition brillant dans ses yeux comme une flamme. Sa voix condescendante me réconforta dans ma première impression, voilà une jeune femme qui sait ce qu’elle veut et vaut. Un peu trop peut-être. Je souris intérieurement lorsque l’inconnue m’interpella. La politesse et la gentillesse ne l’étouffait pas, c’était sûr mais je mis de côté mes jugements, cette femme était venue de la part du Mécanicien des Armées, seul cela importait. Mon calvaire allait enfin finir. Soudain la mécanicienne me tendit sa boîte à outils mais surprise, je la laissai tombée au sol, fort heureusement, la caisse resta fermée. Seules quelques cabosses témoigneraient de la chute. La jeune mécanicienne pesta mais je ne pris pas la peine de lui répondre. Avec ce genre de personne, répondre ne servait à rien. La montagne laisse le vent souffler. Je cherchai du regard un valet puis l’appelai.

- Piltz, peux-tu porter cette boîte à outils s’il te plaît. Il faudra ensuite s’occuper de la monture de cette femme.

Il s’inclina, enfin je me retournai vers l’employée et lui déclarai d'une voix neutre :

- Veuillez me suivre mademoiselle.

Je traversai d’un pas rapide la cour pour prendre ensuite un large escalier, et arrivée au dernier étage, je marchai le long d’un couloir ensoleillé. Enfin je m’arrêtai devant une large porte en bois, enlevai un pendentif à mon cou au bout duquel se trouvait un minuscule dragon mécanique. Je le posa sur la poignet de la porte, il se déplia et libéra un petit cercle doré qui s'introduisit dans la serrure. Un mécanisme s’activa et la porte s'ouvrit lentement d'elle-même. Je repris le dragon et remit le collier à mon coup, j'avais toujours adoré ce mécanisme d'ouverture, cadeau pour mes vingt ans de la part du Seigneur Eolithe. J’entrai dans une vaste pièce ronde au plafond haut. Il s’y trouvait au centre un large bureau couvert de parchemins et de livres, de larges bibliothèques et armoires en chêne clair. Mais le plus impressionnant était l’immense mur de verre donnant sur une serre où étaient contenues de nombreux arbres, fougères et fleurs de toutes sortes. De jolis papillons colorés virevoltaient entre les plantes et un chat noir dormait paisiblement, caché par un buisson. La salle était extrêmement lumineuse et les doux rayons du soleil réchauffaient doucement la pièce. On pouvait admirer les plaines verdoyantes derrière cet incroyable jardin tandis que le soleil rayonnait dans le ciel clair. Pourtant la salle dégageait une convivialité, une simplicité et surtout un calme impressionnant. Je m’assis à mon bureau et y fis un rapide rangement dans toute cette paperasse sur la préparation de mon expédition au désert. Puis j’enjoins une servante d’apporter des rafraîchissements, et enfin je priai la mécanicienne de s’assoir. Je fis de même et m’installa dans un large siège aux accoudoirs ouvragés.

- Nous serons plus tranquilles dans mon bureau. Je me présente Aelia Lysato et je suis la conseillère du seigneur Eolithe. Il est absent pour quelques jours et je m’occupe de ses affaires pendant son absence.

Quelqu’un toqua à la porte puis celle-ci s’entrouvrit et un serviteur amena des coupes remplies d’hydromel et posa délicatement le plateau d’argent sur le bureau. Je le remerciai d’un signe de tête avant qu’il ne s’éclipsa. Je pris le breuvage et en bu une gorgée, le goût sucrée du miel atténuait la boisson faiblement alcoolisée. Je posai le verre et brisant le silence déclarai :

- Je vous suis très reconnaissance d’être venue. Ma main mécanique nécessite vos soins de toute urgence.

Puis je soulevai ma cape et présentai à la jeune fille ma main mécanique. J’eus un pincement au cœur en voyant l’engin déficient et abîmé de toute part, heureusement, grâce à cette mécanicienne, elle allait retrouvée sa mobilité et vie d'antan.

Spoiler:
 

_________________
Signature by Erwan !
Spoiler:
 


Dernière édition par Aelia le Dim 25 Mar - 18:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elvira
Rang 3
avatar

Messages : 494
Elys : 2443
Age : 28
Localisation : Ailleurs..

MessageSujet: Re: Main de fer [~feat Elvira]   Dim 4 Mar - 13:49

- Piltz, peux-tu porter cette boîte à outils s’il te plaît. Il faudra ensuite s’occuper de la monture de cette femme.-

Elle appela un écuyer pour s'occuper de Keshyl et de ma boîte à outil et m'invita ensuite à la suivre. Son regard me surpris, il croisa le mien sans aucune agressivité mais sans pour autant être amical. Je replaçais mon couvre-chef correctement sur ma tête et la suivi.
Nous traversâmes la cour pour prendre ensuite un large escalier en pierre qui nous conduisit jusqu'à un couloir baigné de soleil. Je ralentissais un peu l'allure pour profiter de cette tiède caresse. Il faut dire que ma cavalcade matinale m'avait un peu refroidie et je n'avais pas pris le temps de faire de pose, sauf pour profiter du levé de l'astre mère.
Sortant de mes rêveries je rejoignis la femme qui devait me mener au Seigneur. Elle s'était arrêté devant une large porte en bois et activait un mécanisme des plus perfectionné. Avide d'observer cette petite merveille fonctionner, je regardais par-dessus l'épaule de la roturière. Un petit dragon mécanique, semblable à ma première création, se déploya pour laisser place à un cercle doré qui devait faire office de clés. Je fus impressionnée par la finesse et la précision du système, j'aurais aimé rencontrer son concepteur, c'était un véritable génie!
Dès mon retour j'en référerais à mon maître mécanicien.

La porte s'ouvrit sans un bruit et me fit découvrir l'une des pièces les plus étonnantes que je n'avais jamais vues! Meublée de bibliothèques et d'armoires en bois massif, cette salle ronde était éclairée tout naturellement par une impressionnante verrière dévoilant une flore absolument admirable. Ce devait être une serre. Tout respirait le calme, la tranquillité et le savoir. L'odeur des parchemins emplissait la pièce. En même temps on pouvait admirer l'étendue des plaines d'Ijada à travers la serre. C'était juste splendide et je n'arrêtais pas de regarder autour de moi, l'air surement ébahit. Ce n'était pas souvent que l'on m'avait donné la chance de voir si bel endroit pour vivre. Je m'étais habituée à ma petite chambre chez mon oncle et à l'atelier sombre. C'était, aujourd'hui un peu près les deux seuls lieux que je fréquentais et je me disais qu'il devenait urgent que je sorte un peu plus!

Les quelques mots que la femme adressa à une servante me ramenèrent à la réalité. D'ailleurs, voilà deux fois qu'elle s'adressait à des employés du château, l'idée dérangeante qu'il puisse s'agir de quelqu'un de supérieur s'insinua doucement en moi. Je l'a regardais s'assoir et m'inviter à faire de même tout en me confortant dans mon idée.
Elle but une gorgée d'hydromel que la servante nous avait apporté. Je pris le verre sans en boire, j'étais là pour le travail après tout, si je devais exercer mes talents de mécanicienne il était déconseillé de boire de l'alcool.

- Nous serons plus tranquilles dans mon bureau. Je me présente Aelia Lysato et je suis la conseillère du seigneur Eolithe. Il est absent pour quelques jours et je m’occupe de ses affaires pendant son absence.-

Oups. C'était bien ce à quoi je m'attendais, j'avais fait erreur sur la personne. Finalement ce breuvage alcoolisé n'avait pas l'air mauvais.

-Oh, excusez-moi. Je vous ai pris pour une autre dans la cour. Je me présente, Elvira Désidérade, je suis ici pour remplacer le mécanicien des Armées qui a été appelé par l'Empereur.-

Quand même, il fallait bien que je m'excuse, ce n'était pas dans mes habitudes, mais je n'étais pas du genre à être trop aveugle pour ne pas voir mes erreurs.
Et en l'occurrence il s'agissait de quelqu'un d'important, de supérieur à moi et d'une cliente, je lui devais donc tout mon respect.

- Je vous suis très reconnaissance d’être venue. Ma main mécanique nécessite vos soins de toute urgence.-

Elle souleva sa cape et découvrit sa main métallique. J'écarquillais d'abord les yeux en voyant qu'une telle réalisation était possible et ensuite de surprise face à l'état dans lequel elle se trouvait. C'est vivement que je reposais mon verre pour m'intéresser de plus près à ce petit chef-d'oeuvre. Une étincelle de curiosité vive comme un brasier enflamma mes yeux et je me mis tout de suite à observer le mécanisme avec ma loupe.
Tout en détaillant le système complexe de demandais à Aelia Lysato:

-Comment vous êtes-vous fais cela? Le système est fortement endommagé, plusieurs rouage son déformés et il va falloir améliorer la souplesse, car bien que ce travail soit admirable, c'est un peu grossier. La mécanique à beaucoup évoluée ces derniers temps, je sortis un peu tournis. Si vous avez des demandes particulières pour l'amélioration de votre mains n'hésitez pas, maintenant que je suis là.-

Je me penchais un peu plus sur sa main avant de fouiller dans ma boite a outil, j'avais besoin d'une loupe stable pour libérer ma main gauche. Je commençais ma besogne en démontant progressivement la main. Cette expression me fit froid dans le dos, mais cependant il n'y avait pas d'autre moyens, presque tout était à refaire et cela risquait de prendre un certain temps. Tout un coup je m'arrêtais et fronçais les sourcils:

-Hum... Avez-vous des pièces ici? J'en ai quelques-unes mais je ne pensais pas que les dégâts seraient si importants...-

Dis-je en me replongeant dans mon travail.

_________________
Bienvenue par-Minou ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aelia
Rang 3
avatar

Messages : 481
Elys : 2581
Age : 33

MessageSujet: Re: Main de fer [~feat Elvira]   Dim 4 Mar - 19:45

Un sourire éclaira mon visage, la jeune femme - Elvira Désidérade - venait de comprendre sa méprise, je hochai de la tête pour lui signifier que ce n’était rien. L’erreur est humaine et il m’est arrivé plus d’une fois d’être dans une situation embarrassante. Et avec ma chance habituelle, juste au moment où se trouvaient les plus puissants nobles de ce monde. Une fois qu’elle eut sorti ses outils, une nouvelle flamme brilla dans ses yeux, la passion et l’intérêt, cette mécanicienne avait vraiment l’air d’être passionnée par ce qu’elle faisait. Elle examina attentivement ma main puis me demanda l’origine de tous ces dégâts.

- Je suis extrêmement maladroite et les dalles du château sont particulièrement glissantes lors des jours de pluie. Aussi était-ce écrit que je tombe, heureusement je n’ai pas été blessée mais ma main prit tout le choc, ce qui explique l’état déplorable de ma main. J’ai été voir l’horloger du village mais c’est au-dessus de ses compétences, c’est pourquoi j’ai eu recours à vous. Pour ce qui est de l’amélioration, je ne sais pas exactement qu’elles sont les possibilités d’une main mécanique mais si elle pouvait être plus légère et plus résistante, ce serait parfait ! Autrement étonnez-moi !

Elvira Désidérade entreprit ensuite de démonter ma main mécanique, j’en ressentis un trouble profond, les plaques de métal et rouages enlevés uns par uns… je restai un moment absente devant la contemplation de ses doigts fins virevoltants autour du mécanisme, elle agissait avec précision et efficacité. On aurait dit les doigts d'un tisseur qui maniait les fils colorés tels des coups de peintures. On sentait dans ces mouvements toute la maîtrise et le savoir de la jeune femme, cela ne m'étonnait guère, les femmes sont très peu nombreuses en mécanique et en voir une était signe d'un don particulier. Sa voix claire me sortit de ma rêverie et me ramena sur terre.

- Hum... Avez-vous des pièces ici? J'en ai quelques-unes mais je ne pensais pas que les dégâts seraient si importants...

Je hochais la tête et enlevais un instant ma main des doigts de fées de cette jeune femme et marchais jusqu’à une armoire à côté de la porte. Je repris mon collier et posais encore une fois le dragon sur la poignet, cette fois-ci ce fut sa queue pointue qui s’enfonça dans la serrure. Ce bijou-clés ouvrait aussi ma chambre et un coffre m’appartenant. Mais plus qu'un bijou et un mécanisme d'ouverture, c'était pour moi un véritable porte-bonheur, un objet qui ne me quittait jamais et il m'était extrêmement précieux. L’armoire s’ouvrit, et dévoila une bourse conséquente, des papiers importants ainsi qu’une grande boîte de fer. Je la pris et la portais difficilement d’une seule main puis la posais sur mon bureau. Je l’ouvris et la tournais vers la mécanicienne. Il s’y trouvait de nombreux rouages, plaques de métal, vis, fils de toutes sortes, boulons et pivots triés par taille et par matériaux : fer, acier, argent ou or. Il y avait aussi des outils de la taille d’un pouce pour les interventions très précises et complexes.

- Voilà, j’espère que cela vous suffira. Sinon j’appellerais le forgeron du village pour qu’il vous fabrique les pièces sur mesure dont vous avez besoin. J’ignorais le temps que vous prendrait cette réparation donc quand vous m’aurez enlevé complètement ma main, une chambre ainsi qu’un atelier seront à votre disposition. Deux des serviteurs vous serviront d’aide si besoin est et on pour ordre de répondre à la moindre de vos exigences. Par ailleurs le Seigneur Eolithe sait remercier ceux qui lui viennent en aide.

Je sortis d’un de mes tiroirs une petite bourse remplie de pièces d’or, puis je la tendis à la jeune femme avant de la laisser continuer son travail sur ma main.

- Je vous conseille de passer à la grande foire installée à côté du château, on y trouve des merveilles. Personnellement j’y passe presque toutes mes après-midis : troubadours, conteurs, joueurs de flûte, marchands de bijoux précieux et des gâteaux aux noisettes et fruits rouges à tomber par terre !


J’eus un petit rire joyeux avant de retrouver mon sérieux, toujours un sourire au coin des lèvres. Le soleil me réchauffait doucement, les plantes vertes poussaient avec paresse, les hommes et femmes s’affairaient telles des fourmis, ma main allait être réparée sous peu, je me sentais profondément joyeuse.

_________________
Signature by Erwan !
Spoiler:
 


Dernière édition par Aelia le Dim 10 Juin - 18:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elvira
Rang 3
avatar

Messages : 494
Elys : 2443
Age : 28
Localisation : Ailleurs..

MessageSujet: Re: Main de fer [~feat Elvira]   Jeu 8 Mar - 10:40

Voilà neuf jours que j'étais dans la demeure du seigneur Eolithe. Neuf jours que je travaillais sur cette main mécanique. J'étais fatiguée mais j'allais bientôt pouvoir annoncer la faim de mon travail et dire fièrement et sans fausse modestie que ma création était une véritable merveille.
Ben sur, les débuts avaient étaient un peu compliqués, Dame Lysato m'avait fournit des pièces de bases alors que je démontais sa main et elle m'avait ensuite conduit à l'atelier et la chambre qui m'étais attribué. C'était pour moi tout nouveau, c'était moi l'assistante avant mais là il y avait carrément deux personnes à mon service! J'eu d'abord l'idée de prendre un malin plaisir à les faire tourner en bourrique mais je n'y pensais plus lorsque je travaillais. Ils m'apportaient des pièces et des rafraichissements régulièrement ce qui, mine de rien, me permettait d'avancer de manière efficace dans la conception du système d'articulation. Il est vrai que j'avais déjà travaillé sur des automates, donc je savais comment faire une main articulée, mais cela restait toujours assez rudimentaire, dans le sens où les mouvement étaient un peu rudes. Alors que la j'aurais aimé réalisé un travail beaucoup plus précis et fin. Il fallait pour cela beaucoup de concentration et d'attention.
Après tout c'était une main humaine, il fallait que ses doigts puisse bouger avec souplesse et qu'elle permette autant de possibilité, si ce n'est plus, qu'une vraie main.
Les seules demandes de mon hôte avait était résistante et légère, j'utilisais pour cela l'acier et l'argent. L'acier pour le mécanisme, les articulations et le revêtement intérieure de la main. J'essayais de ne pas trop en abusé non plus comme légèreté faisait parti des mots d'ordre. De plus, j'avais prévu l'argent pour le revêtement supérieur, sur lequel je comptais ajouter une touche de féminité et de finesse pour effacé le côté métalique-automate peu séduisant.

Aelia Lysato me rendait souvent visite, elle passait des heures dans l'atelier à lire. Visiblement, remplacer le seigneur ne constituait pas un travail énorme. J'avais vu pire comme remplacement. Mais en même temps il s'agissait de sa main, il était normal qu'elle veuille assister à sa conception même si je n'en voyais pas vraiment l'intérêt. De temps en temps elle me parlerais et nous discutions de choses et d'autres. Moi penchée sur mon mécanisme en cours et elle dans un fauteuil non loin de moi. Au début je n'avais répondu que par monosyllabe. La discutions ne m'intéressait pas vraiment et surtout j'étais en plein travail, ce qui, comme vous le savez déjà, nécessite une grande concentration. Cependant, les jours passaient et petit à petit ma langue se déliait. Je participais et il n'étais pas rare que nous discutions tournent au débats et gentille chamaillerie tout en restant dans une relation distante et courtoise.

Un jour, alors que j'ajoutais les dernières finitions au système je me mis à chanter. J'étais seule et ayant passé la moitié de ma nuit pour finir les articulations laborieuses j'avais besoin d'un peu de légèreté et de détente. Et il m'arrivait de chanter.

-Mécanique
Une vie entière à répéter des gestes automatiques
Et pour se plaire on réitère des amours mécaniques
Et on se presse et on se stress dans des trains électriques
On a beau dire, on a beau faire tout est automatique
On pourrait quand même...

Sortir de l’ombre et toucher la lumière
Dépasser les barrières
Sous les décombres de nos vies éphémères
Le ciel est bien plus clair
Encore un jour sur terre

En panique
On suit le phare, on va nulle part
Une illusion d’optique
En file indienne, où ça nous mène
Sans suite et sans logique
On a beau dire, on a beau faire tout est
Automatique
On pourrait quand même

Sortir de l’ombre et toucher la lumière
Dépasser les barrières
Sous les décombres de nos vies éphémères
Le ciel est bien plus clair
Un nouveau jour sur terre...-


J'aimais bien cette chanson, elle correspondait parfaitement à mon travail! Alors que je chantonnais, je n'avais pas entendu Aelia entrer dans la pièce. Je continuais à souffler les paroles mécaniques quand je retournais pour prendre mon verre sur une petite table. C'est alors que je l'as vis:

-Oh, bonjour! Je ne vous avez pas entendu arriver! Vous allez être ravie d'apprendre que j'ai presque terminer le système d'articulation, je rentre donc dans la phase terminale de ma réalisation!-

Je lui souris et retournais à mon travail en espérant que la nouvelle lui ferait plaisir.

<a href="https://www.youtube.com/watch?v=ixL_DVuWMRY?hl=en"><img src="http://www.gtaero.net/ytmusic/play.png" alt="Play" style="border:0px;" /></a>

_________________
Bienvenue par-Minou ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aelia
Rang 3
avatar

Messages : 481
Elys : 2581
Age : 33

MessageSujet: Re: Main de fer [~feat Elvira]   Sam 10 Mar - 15:06

...
Je me pressais d’un pas joyeux vers l’atelier où se trouvait Elvira et ma future main. Cela faisait plus d’une semaine qu’elle travaillait sur mon membre, au fil des rouages et plaques argentées. Le jour appartient à ceux qui se lèvent tôt, c’était le proverbe préféré du seigneur Eolithe, à mon grand malheur. Tous les matins alors que l’aube venait à peine de se lever, un conseil avait lieu dans le bureau du seigneur. Je lui faisais part des dernières nouvelles, les requête et la liste des demande d’audience. Nous réglions aussi ensemble les affaires les plus importantes, particulièrement en ce moment, ma mission au désert approchant ainsi que la préparation du Grand Bal. J’assistai ensuite aux audiences, paysans, artisans et jeunes chevaliers se succédant les uns derrière les autres, toujours en se plaignant de leur voix lente et soporifique. Quand la grande porte se refermait enfin derrière eux, je pouvais souffler et après une discussion rapide je donnais les ordres pour la journée aux employés du château. Après j’allai voir où en était la mécanicienne, j’étais fascinée par ses gestes sûrs et habiles créant de toutes pièces une main artificielle. Je bavardais avec Elvira même si j’avais l’impression les premiers jours de parlait à un mur, mais au fur et à mesure du temps passé, elle me répondit de plus en plus fréquemment et longuement. Malgré nos chamailleries sur nos points de vue différente, je découvrais une femme fière et intelligence. J’essayais pourtant de me taire de temps en temps, la laissant travailler en paix et profitant du silence pour lire, lire n’est jamais une perte de temps, m’avait appris mon mentor. J’appliquais ce proverbe avec exagération, profitant de mon temps libre pour dévorer tous les ouvrages en ma possession.

Je traversai la cour en sifflotant, faillis tomber en trébuchant sur une pierre, me redressai et poursuivis ma route en regardant autour de moi si personne n’avait vu ma maladresse. La boulangère qui passait par là me salua avec un sourire chaleureux. Je lui répondis puis haussai les épaules, ma gaucherie était connue de tous et puis, le ridicule ne tue pas ! Enfin j’arrivai à l’atelier, j'entendis l a jeune femme fredonner une chanson et entra en silence. Elle ne m'entendit pas et je pus savourer la lecture avec ce rythme joyeux. Soudain elle se retourna et son regard s’illumina tandis qu’elle me déclara :

-Oh, bonjour! Je ne vous avez pas entendu arriver! Vous allez être ravie d'apprendre que j'ai presque terminé le système d'articulation, je rentre donc dans la phase terminale de ma réalisation !

Puis elle sourit et retourna à son travail. Je m’approchai et admira son travail, les pièces métalliques, pinces et vis jonchaient le bureau mais on ne pouvait passer à côté du chef-d'oeuvre réalisé. J’eus le souffle coupé devant la précision et la finesse des rouages. Le mécanisme était beaucoup plus développé par rapport à ma main initiale et le fer s’était transformé en acier lisse.

- Vous faites vraiment du superbe travail, je n’avais jamais vu un mécanisme autant poussé et précis ! J’ai hâte de pouvoir l’essayer ! Mais je ne voudrais pas vous presser, prenez tous le temps qu’il vous faudra !

Puis je me rassis sur mon canapé attitré, je caressai du doigts une enluminure particulièrement ouvragée et continuai ma lecture tandis que les oiseaux chantaient et le soleil brillait au dehors. Je pris une grappe de raisin et la mangeai en savourant le liquide sucrée coulant dans ma gorge. J'aimais particulièrement cet endroit à l'abri de toutes agitations et nuisances sonores, seul le calme me répondait. Je continua d’une voix joyeuse:

- Le seigneur Eolithe va organiser un Grand Bal dans une semaine, est-ce que cela vous intéresserez ? C’est une fête sublime ! Il y a un spectacle de danse ainsi que des musiciens talentueux et enfin un banquet couronné d’un feu d’artifice aux mille couleurs ! Il y aussi la tradition de la Nuit des Lumières, chaque invité grave son nom sur une pierre et la met dans un immense bûcher, et on dit que si l’on retrouve sa pierre, elle vous portera bonheur pendant l’année à suivre. J’aime beaucoup ces festivités, elles changent de ces bals ennuyeux remplis de nobliaux insupportables !
...

_________________
Signature by Erwan !
Spoiler:
 


Dernière édition par Aelia le Dim 25 Mar - 18:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elvira
Rang 3
avatar

Messages : 494
Elys : 2443
Age : 28
Localisation : Ailleurs..

MessageSujet: Re: Main de fer [~feat Elvira]   Dim 25 Mar - 11:39

Aelia vint se pencher au dessus de mon épaule, ce n'étais pas une sensation que j'appréciais particulièrement, cependant cette fois ça ne me dérangeait pas. La présence de la jeune femme était devenue familière bien que je ne sois au château depuis une semaine et des poussières.

- Vous faites vraiment du superbe travail, je n’avais jamais vu un mécanisme autant poussé et précis ! J’ai hâte de pouvoir l’essayer ! Mais je ne voudrais pas vous presser, prenez tous le temps qu’il vous faudra !-
-Merci beaucoup! Mais cela me paraît normal, je ne vous vois pas vous promener parmi les hautes sphères de la société avec une espèce de massue métallique à la place d'une main, cela paraitrait quelque eu déplacé si je ne m'abuse!-

L'image me fit rire. J'avais besoin de me détendre un peu et étant fatiguée mon imagination n'avait de cesse que de partir dans un tourbillon fantaisiste et guilleret. je m'essuyais le front avec un mouchoir et posais la pince que j'avais entre les mains depuis maintenant une bonne heure. Mes cheveux étaient relevés pour ne pas me déranger pendant mon travail ou bien tout simplement se retrouver coincé dans les rouages et les endommager. Un simple grain de poussière pourrait venir tout gâcher pendant la conception. Je reculais le mécanisme précieux sur la table et libérais mes cheveux d'une geste souple tout en me redressant. Mon dos me faisait souffrir mais la caresse chaleureuse de mes cheveux sur mon coup me fit oublier les raisons que j'avais de me plaindre.
Aelia s'était installé dans son fauteuil avec un ouvrage relié de cuire entre les mains. Ses cheveux blond et ondulés couvraient ses épaules. Elle avait la tête haute et le regard rêveur. Cette jeune femme était un savoureux mélange entre savoir et fantaisie, noblesse et maladresse. Je commençais à l'apprécier, nos discussions étaient de plus en plus complices et je trouvais cette amitié plutôt étrange, c'était une des premières fois que je me liais avec une Sylécate. Oui, la chose était étrange mais pas dérangeante pour autant.
Il est vrai que quelques fois nous nous disputions au sujet d'avis contradictoires, les chamailleries étaient courantes mais elles se finissaient la plupart du temps en rigolades amicales.

Je commençais à ranger mon plan de travail, où s'éparpillaient pièces en tout genre et outils de toutes tailles. Je les replaçai dans leur boîte. Chaque chose à sa place! Un autre précepte de mon mentor, il est vrai qu'il est bien plus simple de se repérer dans ces cas là. Une fois j'avais bien passé plus d'une heure à chercher un outil indispensable à mon travail avant de me faire houspiller par la mécanicien en chef. Maintenant, pas question que de passer autant de temps à tout chercher, la conception en elle même est déjà assez difficile pour moi. J'ai beau être légèrement (complètement) bordélique, il faut savoir se faire violence.
Je décidai d'ouvrir une petite fenêtre qui ressemblait plus à un hublot pour aérer un peu la pièce lorsque mon hôte m'annonça le bal du Seigneur Eolithe:

- Le seigneur Eolithe va organiser un Grand Bal dans une semaine, est-ce que cela vous intéresserez ? C’est une fête sublime ! Il y a un spectacle de danse ainsi que des musiciens talentueux et enfin un banquet couronné d’un feu d’artifice aux mille couleurs ! Il y aussi la tradition de la Nuit des Lumières, chaque invité grave son nom sur une pierre et la met dans un immense bûcher, et on dit que si l’on retrouve sa pierre, elle vous portera bonheur pendant l’année à suivre. J’aime beaucoup ces festivités, elles changent de ces bals ennuyeux remplis de nobliaux insupportables !-

Je restai coite quelques instants. Jamais je n'avais été invitée à un si grand événement. Bien sur avais-je déjà entendu parler de cette fête mais jamais je n'aurai imaginé y participer. Mes yeux s'éclaircirent alors que je répondais sans plus attendre à l'invitation avec mon plus beau sourire:

-Oh, mais se serait un véritable plaisir! Un honneur même! C'est très aimable à vous de m'inviter, je ne sais que dire pour vous remercier! oh, cependant je viens de penser que je ne possède aucune tenue qui soit assez digne d'être montré à un tel événement...-

Je fis une petite mou avant de me retourner vers mon plan de travail. Je regardais la bourse que je n'avais pas prise. Elle était là, bien pleine sur un coin de l'atelier, prenant légèrement la poussière. D'un main je l'attrapais à la volée et l'ouvrit. Les pièces d'or tombèrent sur les genoux d'Aelia. Je vidait à moitié la bourse avant de déclarer:

-Je n'aurais pas besoin d'autant d'argent pour m'offrir de quoi me vêtir, tenez.-

Je sorti de la pièce d'un pas pressé. Je commençais à connaître la jeune femme et elle allait me suivre à coup sur, il fallait que je mette un peu de distance entre elle et moi, je n'avais pas envie de me faire aider surtout du côté financier. C'était honteux, et j'avais maintenant juste assez de quoi m'offrir un tenue digne de ce nom, alors il n'y avait plus d'histoire à faire. Cependant par prudence j'accélérais encore un peu. Un coup à gauche, un coup à droite. Les couloirs partaient dans tous les sens dans cette immense bâtisse. Je n'étais pas sorti souvent et je n'avais aucune idée d'où j'allais mais je ne pouvais m'arrêter.

Ne pas s'avouer vaincue.

_________________
Bienvenue par-Minou ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aelia
Rang 3
avatar

Messages : 481
Elys : 2581
Age : 33

MessageSujet: Re: Main de fer [~feat Elvira]   Mar 27 Mar - 18:38

Je regardais Elvira avec un sourire, elle nettoyait son plan de travail, rangeant avec soin chaque pièce de métal à sa juste place. J'attendis patiemment sa réponse, ma demande n'avait rien d'une invitation de politesse ou de courtoisie mais j'espérais avec une grande joie partager ce moment merveilleux avec elle, même si l'organisation de cette fête ne me laissait souvent pas une seconde de libre. Cela faisait à peine deux semaines que nous nous connaissions mais j'avais rapidement apprécié de passer mon temps de lecture en sa compagnie. Elle m’étonnait toujours par sa clairvoyance d’esprit et son caractère franc, mais le plus étonnant était de la voir travailler, ses gestes empreints d’une tendresse et son silence concentré qu’elle ne brisait jamais à part pour discuter avec moi. Mais j’évitai de la faire sortir de cet univers de robots de ferraille et de dragons mécaniques. Moi qui d’ordinaire préférais passer mon temps libre à lire seule dans mon bureau ou dans la forêt, je m’entretenais presque toute la journée avec elle ou l’observant attentivement, Si bien que la plupart du temps, le livre que j’avais pris se résumait à la première page à peine effleuré du regard. J’essayais de comprendre chacun de ses gestes, étant ignare dans les domaines artisanaux, moi qui croyais que cela se résumait à une armoire à glace tout transpirant qui tenait une masse rouillée. Je riais intérieurement de cette idée, moi et mes clichés !

- Oh, mais ce serait un véritable plaisir! Un honneur même! C'est très aimable à vous de m'inviter, je ne sais que dire pour vous remercier! Oh, cependant je viens de penser que je ne possède aucune tenue qui soit assez digne d'être montré à un tel événement...

Même si elle pratiquait un métier d’ordinaire masculin, elle n’en demeurait pas moins une femme et sa coquetterie reprenait le dessus. Pas une coquetterie de noble voulant étaler sa richesse devant les autres mais celle naturelle de chaque femme, celle qui reste un des atouts du sexe faible. Peut-être est-ce pure prétention mais je considérais que je commençais à la connaître quelque peu et avais cerné le personnage. Aussi quand elle regarda la bourse que je lui avais donnée, devinais-je déjà son intention.

- Je n'aurais pas besoin d'autant d'argent pour m'offrir de quoi me vêtir, tenez.

Les pièces d’or tombèrent telle une pluie dorée sur mes genoux et comme un coup de vent furieux, elle fit volte-face et partit. Je ramassais avec lenteur chaque pièce avant de partit, l’argent en main. Il fallait que je la rattrape, elle avait pour elle son avance mais je connaissais le château comme ma poche et contais bien en profiter. Le couloir qu’elle avait pris, quel que soit son choix ensuite la mènerait obligatoirement à la verrière. Je marchais rapidement quand soudain je trouvai la personne recherchée. Un serviteur. Je l’interpellai :

- Peux-tu amener cet argent à l’hôpital des Sylécates-fir, tu leur diras que c’est de la part du seigneur Eolithe. Et préviens-les de ma visite la semaine prochaine. Merci.

Il s’inclina et prit l’argent, je n’eus aucun doute que le présent arriva à destination, le seigneur Eolithe était connu par sa bienveillance mais aussi par sa rigueur et sévérité. Alors il était plus qu’insensé d’usurper la Conseillère du seigneur, quand il fut hors de vue, je remontai ma robe et me mis à courir. Je marchai ensuite pour reprendre mon souffle et enfin je l’aperçu marchant d’un pas prompt. Le jardin d'hiver s'élevait derrière elle, le grand frère de ma petite serre. De hauts palmiers côtoyaient des arbres aux feuilles pourpre ou au tronc ébène. C'était un véritable trésor de botanique et de nombreux passionnés venaient visiter cet incroyable rassemblement d'espèces d'horizons différentes. Je souris avant de parler, décidée. Le tutoiement fila, conséquence de ce lien encore fragile qui lié nos deux cœurs. Et puis je n’étais pas une vieille fripée ou une noble insupportable qu’on vouvoie plus par mépris que courtoisie !

- Je respecte et comprends ta réaction et l’argent que tu as refusé servira une noble cause. Chaque travail mérite salaire. Le seigneur Eolithe t’a payé pour tes services et tu en as accepté la moitié, libre à toi. Par contre je ne t’ai pas encore remercié pour tout ce que tu as fait pour moi. C’est pourquoi je serais honoré que tu acceptes ce simple présent : ta robe de bal. Les couturiers viennent d’Altaïr pour faire ma robe et ils seront enchantés de convenir à tes rêves de toilette, je te demande d’accepter comme une faveur.

Elvira était une femme digne et fière mais j’espérais vraiment qu’elle accepterait ma proposition, j’aurais moins l’impression d’être seule, vieille comme le monde dans ce bal. M’amuser avec une amie lors d’un bal … j’en ai rêvé, cela me changerait de l’habituelle discussion avec un vieil noble chevrotant. Je croisais mentalement les doigts.

_________________
Signature by Erwan !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elvira
Rang 3
avatar

Messages : 494
Elys : 2443
Age : 28
Localisation : Ailleurs..

MessageSujet: Re: Main de fer [~feat Elvira]   Mer 18 Avr - 13:04

Coincée. Je ne connaissais pas les lieux et pour semer quelqu'un qui habitait ici, c'était plutôt handicapant. Je fis mine de m'arrêter de ma propre volonté et me retournai vers Dame Aelia.

- Je respecte et comprends ta réaction et l’argent que tu as refusé servira une noble cause. Chaque travail mérite salaire. Le seigneur Eolithe t’a payé pour tes services et tu en as accepté la moitié, libre à toi. Par contre je ne t’ai pas encore remercié pour tout ce que tu as fait pour moi. C’est pourquoi je serais honoré que tu acceptes ce simple présent : ta robe de bal. Les couturiers viennent d’Altaïr pour faire ma robe et ils seront enchantés de convenir à tes rêves de toilette, je te demande d’accepter comme une faveur.-

Je ne la regardais pas pendant qu'elle parlait. J'observais d'un air détaché ce qui m'entourais. Une robe. Sur mesure. Ma fierté commençais à flancher. Je restais une femme et ma coquetterie n'était pas inconnue. J'imaginais une multitudes de tenues plus somptueuses les unes que les autres. J'avais souvent vu de grandes Dames en travaillant avec le Mécanicien des Armées. J'avais à l'esprit quelques toilettes tout à fait charmantes qu'il m'avait était donné d'observer lors d'un entretient auquel j'avais assisté par pur hasard. Mes yeux se mirent à briller et mes mains se posèrent se mes hanches quand je braquais mes yeux sur la jeune femme du château. Je lui lançais un regard assez hautain, presque froid. Mes yeux gris bleu tranchaient avec l'étincelle qui les animait. Le visage déterminé, je n'avais aucune raison de paraître reconnaissante. Je me laissais aller à quelques caprices de jeunes femmes têtue mais je finis par lui répondre d'une voix qui se voulait neutre et stable:

-Si c'est une faveur que je peux vous accorder alors c'est d'accord. Mais juste parce que c'est vous.-

Je fis planer un silence dur pendant quelques secondes avant de sourire chaleureusement. C'était fort sympathique de sa part et au fond de moi je lui en était particulièrement reconnaissante. Enfin de m'avoir proposé, sinon cela paraissait normal. Je travaillais depuis presque deux semaines pour une main qui lui reviendrait, je ne faisais pas de bruit ni de caprices de diva, je n'étais pas dur à vivre. Au final elle me le rendait plutôt bien. Je me confortait dans l'idée que j'avais bien fais d'accepté même si ma fierté n'étais pas tout à fait du même avis, je faisais ce qu'il m'était possible pour la convaincre et la faire taire.
Bon, il était maintenant tant que je me remette au travail. Il me restait la partie la plus agréable de mon travail et où mon imagination avait libre cours !

-Il est temps que je me remette au travail, je pense que je devrais avoir finis dans... disons deux jours! Cependant il faudra me laisser seule et m'apporter un stock de feuille d'argent. Au niveau des outils je devrais tout avoir.-

Une fois de nouveau installée dans mon atelier, j'étirai mes main et mes doigt, je relevai mes cheveux sur la nuque et pris mon fer a souder.
C'est partie !


~~~2 Jours plus tard~~~


Fini. J'avais enfin fini!! J'avais travaillé pendant presque 2 jours sans dormir, à fond dans mon travail je n'avais pas vu le temps s'écouler et pourtant qui sait combien j'étais fatiguée. Mais je ne voulais pas m'arrêtais, les idées avaient assaillie mon esprit en ébullition et entrainé mes mains jusqu'à ce que des ampoules se forment au bout de mes doigts. J'avais redoublé de précision et de finesse. Le travail était à la hauteur des efforts fournis et il suffisait de me regarder pour voir que j'étais réellement fière. C'était un petit chef d'oeuvre. Je couvrais la main d'un tissu avant d'appeler Aelia. Si elle n'était pas ravie du nouveau membre que je lui avais confectionné je n'avais plus qu'a sauter d'une des tours du château ou bien lui balancer la main à la figure en lui criant qu'elle n'était simplement pas normale. Cependant je n'avais aucun doute sur l'effet que cette petite merveille produirait chez Dame Aelia.

-Dame Lisato ? Vous pouvez entrer, j'ai finis votre main, et vous ne serez pas dessus du résultat, croyez moi !-

Droite et noble j'attendis la jeune femme. Lorsqu'elle fut dans la pièce je retirais le carré de tissu qui recouvrait la main d'un geste cérémonieux et dynamique. Je découvris devant ses yeux un tout nouveau membre. Un rayon de soleil vint illuminer cette merveille mécanique et elle m'apparut, à moi comme à Aelia, comme une sorte de révélation.

C'était une main, fine et élégante, qu'on aurait dit enveloppé d'un gant d'argent. Les finitions entre les articulations se transformaient ingénieusement en arabesques souples et discrètes de telle sorte qu'on ne voyait pas les transitions mécaniques et les soudures. Des gravures délicates venaient sublimer la légèreté apparente et donnaient un aspect précieux à cette main métallique.
Je fut moi même surprise par le rendu de mon travail. Mes capacités venaient de dépasser ce que je pensais jusqu'à présent, et pourtant ce n'était pas rien.

Je soulevais délicatement mon petit trésor et pris le bras de mon amie. J'insérais le mécanisme avec douceur avant d'entendre un léger "clic". Je refermais les différentes attaches qui servirait au maintient parfait de ce nouveau membre. Avant quelle puissent essayer de mouvoir sa main je montrais à Aelia une inscription que j'avais gravé. Elle partait de la base du pouce et glissait sur le poignet:

L'espoir est comme un rêve, il ne faut jamais l'abandonner. Bromy

Je reculais ensuite d'un pas pour la laisser essayer les différentes possibilités qu'elle avait avec sa main. Je lui avais rajouté un ou deux gadgets, comme une petite lame, dissimulée sur le côté extérieur de la main et une plume pour écrire. Je savais qu'elle aimait ça et qui lui arrivait d'être tête en l'air et d'oublier la sienne. Un fin sourire se dessina sur mes lèvres et je m'assis en soufflant sur mon tabouret.
J'étais heureuse et fière de mon travail. Je voyais l'expression sur le visage de ma nouvelle amie et j'étais ravie.


Spoiler:
 

_________________
Bienvenue par-Minou ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aelia
Rang 3
avatar

Messages : 481
Elys : 2581
Age : 33

MessageSujet: Re: Main de fer [~feat Elvira]   Jeu 19 Avr - 17:08


On sentait le printemps arriver, les températures se réchauffaient doucement et les premiers bourgeons s’ouvraient en petites feuilles d’un vert éclatant. Je m’étais assoupie en cette heure matinale sur un banc du jardin entourant le château, tandis que je lisais un livre passionnant sur les mœurs des nomades. Ma nuit avait été plutôt courte, un incendie s’était déclaré dans les entrepôts du château et à cause du vent qui soufflait sans cesse, l’éteindre avait été extrêmement difficile, ce fut pourquoi je dus combiner les efforts pendant une partie de la nuit. Heureusement, personne n’avait été blessé et les dégâts étaient importants mais la partie détruite serait reconstruite en quelques jours. Je fus réveillé par le bourdonnement d’une abeille s’approchant de moi, je la chassai d’une main tandis que j’étouffai un bâillement. Je m’étirai et me relevai, j’avais failli tomber de fatigue ce matin aux audiences, et le Seigneur Eolithe m’avait recommandé de me coucher tôt ce soir. Délicatesse gênante. Je traversai d’un pas rapide la distance me séparant du château, le vent matinal faisant disparaître la dernière volonté de sommeil.
Cela faisait deux jours que je n’avais pas vu Elvira, je ne voulais pas la déranger dans son travail. Quand j’entrai dans l’atelier, je vis tous les instruments s’en dessus-dessous et les feuilles d’argent traînant dans la poussière.

-Dame Lysato ? Vous pouvez entrer, j'ai finis votre main, et vous ne serez pas déçue du résultat, croyez-moi !

Je souris en la voyant, je n’étais pas la seule à avoir eu une nuit courte, je doutais même qu’elle eut dormi depuis deux jours, ces cheveux en bataille et ces yeux fatigués confirmaient ma version. Pourtant, droite et fière de son travail, avec le regard pétillant, elle me montra sa merveille.
Il n’y avait pas d’autre mot, la main mécanique était sublime, elle semblait coulée d’argent le plus pur et de fines gravures sublimaient le travail. Je m’extasiai devant ce chef-d’œuvre et ne put détachai les yeux de mon nouveau membre. Je vis la citation que m’avait offerte Elvira et qui dansait le long de la main et je lui affichai mon plus beau sourire.
Elle me l’a mise sur mon poignet et j’appréciai les mouvements fluides et sa légèreté, elle était une véritable extension de mon bras et après ces semaines où j’étais amputée, je retrouvai ma mobilité. On aurait dit une plume, elle était tellement belle que j’avais presque honte de mon autre main. Je me demandais à présent comment j’avais fait pour passer toute ces années avec cette main de fer rouillée, véritable poids mort. Je bougeai les doigts et sentis le métal froid quand je touchai ma main gauche. Je m’émerveillai à présent devant le petit poignard et la plume, véritables merveilles de la mécanique !

- Oh Elvira, c’est magnifique ! Je ne sais pas comment de remercier, cette main est absolument sublime ! Et la citation, le poignard, la plume… je …

Je n’arrivai pas à trouver les mots tellement mon cœur débordait de joie et faisant fi de toute étiquette je sautai au coup d’Elvira et la serrai contre moi, répétant des mercis inlassablement. Et soudain, -sûrement à cause de ma fatigue- je me mis à rire, à rire, à n’en plus finir. Tournant et bougeant ma nouvelle main avec plaisir.
Après l’effervescence revint le sérieux, même si mes yeux brillaient toujours.

- Ton travail est terminé, tu vas repartir chez toi… je pars demain matin aux aurores pour le désert.

Une déprime s’abattit soudainement sur moi, je ne pourrais pas profiter des derniers instants avec Elvira, le devoir m’appelait et je ne pouvais m’y soustraire. Mais mon optimiste reprit le dessus.

- Mais je te reverrais dans quelques semaines pour le Bal de Printemps ! Si tu peux te soustraire à ton travail, je t’invite une semaine avant pour les essayages de ta robe et pour que nous profitions du printemps qui arrive avant que je sois prise par les préparatifs de la fête. Au fait, j’ai quelque chose pour toi !

Avec précautions je sortis de mon sac, un objet emballé dans du papier de soie. J’enlevai le tissus, il s’y trouvait une pierre pâle immaculé où des lettres dorés brillait : Elvira. Je la lui montrai, puis retourna l’objet pour la Cérémonie des Pierres, des lettres plus fines y avaient été inscrites : de la part d’une amie.

Un oiseau chanta et un rayon de soleil fit briller ma main d’argent. Ma maladresse m’était plutôt chanceuse, sans cette chute je n’aurais pas pu avoir une aussi belle main mécanique et je n’aurais pas pu rencontrer Elvira. Ma maladresse m’avait fait gagner une amie.
Spoiler:
 

[HRP: RP terminé.]

_________________
Signature by Erwan !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Main de fer [~feat Elvira]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Main de fer [~feat Elvira]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une main tendue ça ne se refuse pas! [feat Zeus]
» La main invisible
» Prise la main dans le sac...[PV Sacha]
» Le groupe T-vice victime d'un vol à main armé à Saint Domingue
» Prendre furtivement sa main, Oublier un peu les copains...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elysphère :: Archives-
Sauter vers: