Forum fermé pour cause d'inactivité. Mais bientôt une version 2 donc à bientôt ! (:

Partagez | 
 

 Parfois, il vaut mieux rester dans l'ombre... Surtout quand la lumière est mortelle {avec Andromède}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ysmael
Rang 2
avatar

Messages : 425
Elys : 2145

MessageSujet: Parfois, il vaut mieux rester dans l'ombre... Surtout quand la lumière est mortelle {avec Andromède}   Mer 23 Mai - 6:03

Plus aucune lumière ne filtrait à travers les volets mal ajustés. Mael soupira de soulagement. Il pouvait enfin sortir. Il se leva avec difficulté. Son visage et ses yeux le brûlaient horriblement. Il avait de la fièvre et tremblait de tous ses membres. Il n'avait pas dormi de la journée tellement il avait mal.

La veille, il était allé chez une chez une vieille noble de campagne. Elle organisait un bal pour il ne savait quelle obscure raison, et voulait l'accompagner d'un magnifique feu d'artifice. Le pyrotechnicien lui avait préparé un spectacle qui, à défaut d'être ce qu'il faisait de mieux, était à la hauteur de la paye qu'elle lui avait promis. Finalement, cette somme ne valait même pas qu'il se déplace, vu ce qu'il avait subi. Tout d'abord, cette vieille chouette était terrifiée à l'idée qu'un rebelle s'introduise chez elle. Elle avait donc décrété qu'il était interdit d'entrer chez elle avec le visage dissimulé. Ce qui était complètement idiot, mais Mael avait dû se plier à cette loi et enlever sa capuche et les pans de tissus qui recouvraient son visage. Ensuite, il avait plu toute la nuit. C'était quelque chose qui arrivait régulièrement, et en général l'artificier repartait sans lancer ses fusées -et accessoirement sans être payé-. Mais cette femme-là voulait absolument ses feux d'artifice. Elle l'avait donc fait attendre jusqu'à ce que la pluie s'arrête, c'est à dire une heure après l'aube. Elle l'avait forcé à lancer ses fusées en plein jour, malgré ses recommandations. Bien entendu, ça avait été un fiasco. Et il avait gâché les fusées, puisque la folle avait refusé de le payer. Mais ce n'était pas ça le pire. Il avait dû rester le visage à découvert alors qu'il faisait jour. Le ciel était nuageux, mais la lumière était tout de même trop forte. Il s'était dépêché de rentrer chez lui, mais il était trop tard. Il avait été malade toute la journée.

Le jeune homme ajusta délicatement les bouts de tissus qui recouvraient son visage en gémissant, puis se sortit d'un pas hésitant. Il fallait qu'il aille voir un guérisseur sylécate. Il n'était pas encore arrivé au bout de la rue qu'il s'effondra, épuisé. Il se retrouva à quatre pattes sur les pavés, en train d'essayer de retenir la nausée qui montait. Sa tête tournait. Il avait froid mais transpirait à grosses gouttes. Les larmes dégoulinaient de ses yeux douloureux/ Tout son corps était agité de tremblements. Il avait l'impression qu'il allait s'évanouir d'une seconde à l'autre.

Spoiler:
 

_________________
Crédit d'image :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andromède
Rang 2
avatar

Messages : 409
Elys : 2103
Age : 20
Localisation : Somewhere you'll never find...

MessageSujet: Parfois, il vaut mieux rester dans l'ombre... Surtout quand la lumière est mortelle {avec Andromède}   Mer 23 Mai - 12:19

Andromède se releva avec peine et marcha d'un pas lent. Non, elle ne marchait pas, elle se traînait plutôt. Voilà le mot juste. Andromède regarda le soleil qui scintillait dans le ciel avec un air narquois. Il lui semblait qu'il lui disait:"Tu ne peux t'arracher à mon étreinte....Je t'éblouirait jusqu'à ce que tu ne t'effondre, et même plus longtemps encore". Andromède était en train de fondre sous la chaleur ambiante. Elle peinait à marcher. D'un geste las, elle sortit une carte. La ville qu'elle comptait atteindre aurait dû se trouver là. Mais il faut dire que Andromède avait un sens de l'orientation des plus mauvais. Et la voici qui se promenait au beau milieu d'un terrain plat, dépourvu de végétation, la chaleur empêchant la moindre plante de pousser. Pourtant la ville qu'elle recherchait ne mentionnait pas une température aride! Mais il semblait que ce mois-ci, la canicule était au rendez-vous. Andromède n'arrivait même pas à se transformer. Elle continua à se traîner tout en reconsidérant ce qui l'avait animée à se lancer à la recherche de cette ville.

Un soir, une vieille femme alla frapper à la porte. Andromède alla ouvrir. La pauvre femme semblait être sur le point de mourir. Andromède l'avait hissé dans sa maison et l'avait allongée sur des coussins. Elle lui avait proposé de l'eau à boire. Après en avoir avalé de grandes goulées, la vieille femme se mit à parler d'une voix chevrotante. Elle lui révéla que si elle voulait en savoir plus sur sa famille biologique, elle devait se rendre à Altaïr. Juste après avoir énoncé ces paroles, la vieille femme s'était éteinte, le visage souriant. Le sourire de quelqu'un qui s'était acquitté d'une promesse. Andromède s'était dit que cela ne la concernait pas. Sa vraie famille, c'était Artémis et nulle autre. Après, Andromède l'avait enterrée décemment, dans une tombe auréolée de fleurs blanches, symbole de paix. Après avoir délivré son message, la vieille femme pouvait enfin reposer en paix.
Mais même en essayant d'ignorer les paroles de la défunte, Andromède n'y parvint pas. Ces dernières la taraudaient sans cesse, ne lui laissant aucun répit. Après avoir bien réfléchit Andromède avait décidé d'aller à Altaïr. Que pouvait-il bien lui arriver de mal?

ÇA! Ça pouvait lui arriver! Et voilà qu'elle s'était perdue! La belle affaire! Andromède n'arrêta pas de pester contre elle-même. Mais quelle idiote de penser qu'ELLE puisse arriver à entreprendre un long voyage! De plus, le destin semblait s'acharner contre elle, lui faisant subir une forte température, elle, qui étouffait facilement dans un lieu trop chaud. Andromède donna des coups de pieds dans des cailloux pour évacuer ses sentiments négatifs comme lui avait appris son père adoptif. Puis Andromède se rendit compte d'une chose. Elle ne tirait pas dans des cailloux mais dans des galets! Cela changeait toute la donne! Qui dit galets dit rivière. Andromède releva la tète. A une centaine de mètres, s'étendait un ruisseau! Enfin! Pour une fois, la chance semblait lui sourire! Andromède épuisa ses dernières forces à se précipiter vers lui. Elle se pinça même pour se persuader qu'il ne s'agissait pas d'un mirage. Tremblante, elle toucha l'eau. Elle faillit défaillir lorsqu'elle sentit les gouttes d'eau couler le long de sa paume. Elle en prit de grandes gorgées. Ce ne fut que dix minutes plus tard qu'elle fut rassasiée et se releva pour se remettre en marche. Devant elle s'étendait une vaste colline. Andromède y grimpa et derrière cette colline elle vit une ville reconnaissable entre toutes pour l'avoir vue sur maintes peintures:
Altaïr.
Pour la première fois depuis une semaine, Andromède fut envahie par une vague d'espoir mais aussi d'appréhension: Et si elle ne découvrait rien? Alors tous ces efforts seraient réduits à néant. Andromède refusait d'y pensait, cela ne ferait que la démoraliser. Elle marcha d'un pas déterminé. En franchissant la porte, Andromède fut prise d'euphorie (inexpliquée). Puis elle revint brusquement à la réalité lorsque devant elle, un jeune homme encapuchonnée sembla sur le point de s'évanouir. Oh non! Pas à nouveau! pensa Andromède. Avec son habituel sens pratique, elle se précipita vers lui avec une main secourable. Le corps de ce qu'elle pensait être un homme était secoués de spasmes. Que fallait-il faire? Andromède pensa lui enlever cette cape pour lui permettre de respirer. Mais se ravisa en se disant qu'il devait bien y avoir une raison à cet étrange accoutrement avec une chaleur pareille. Du moins elle supposa qu'il ne devait pas très bien être à l'aise au soleil. Aussi, elle l'attrapa par dessous les épaules, et traîna ce corps, trop lourd à porter, dans l'auberge la plus proche. La plus proche se nommait "The blue pegasus". Andromède y pénétra et lança à l'aubergiste:
-Une chambre s'il vous plaît!
Après avoir rapidement glissé de la monnaie, Andromède fit un gros effort et monta dans la chambre indiquée, le jeune homme sur le dos. Elle le déposa sur le lit, et s'éclipsa dans la salle de bains d'à côté.
______________________________________________
HS: Te fais pas d'idée, mon premier poste dans un rp est toujours long...Les suivants en revanche sont beaucoup plus courts!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Parfois, il vaut mieux rester dans l'ombre... Surtout quand la lumière est mortelle {avec Andromède}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ❝ parfois, il vaut mieux tourner la page que d'être seule à vouloir arranger les choses ❞ › jordan
» Des fois, mieux vaut rester dans son territoire ¬ Thomas L. Fletcher
» Cinéma : La valse dans l'ombre.
» « Conquérir sa joie vaut mieux que de s’abandonner à sa tristesse. » (Tommy J.)
» Dans l'ombre des alcôves [Rôles Privés]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elysphère :: ★ Sur les chemins de notre monde ★ :: Altaïr-
Sauter vers: