Forum fermé pour cause d'inactivité. Mais bientôt une version 2 donc à bientôt ! (:

Partagez | 
 

 Mignonne, allons voir si la rose...

Aller en bas 
AuteurMessage
Ivor de Taël
Rang 2
avatar

Messages : 15
Elys : 2210
Age : 28

MessageSujet: Mignonne, allons voir si la rose...   Dim 20 Mai - 16:22

La soirée débutait juste, et elle débutait bien. Les poches pleines d'une bonne paye méritée, Ivor s'en allait guilleret dépenser son pécule dans la plus proche taverne, quittant d'un pas vif les beaux quartiers aux façades blanches et claires où le jeune homme avait pu trouver à se loger.
Il avait trouvé bonne place chez de riches bourgeois désireux de se faire passer pour plus nobles qu'ils ne l'étaient, et assez riches pour payer un bon à rien de sa sorte à enseigner les rudiments des bonnes manières, de la philosophie et de la musique à une portée de marmots indisciplinés dont certains n'avaient qu'à peine été décollés du sein de leur nourrice.
Ivor n'était pas là pour juger ses contemporains, et surtout pas quand il était payé, logé, nourri, blanchi et qu'en plus de ça il avait tout loisir chaque soir d'aller courir les tavernes sans qu'on le laisse à la porte quand il désirait dormir ailleurs que dans la rue. Sans se perdre en considérations sociologiques, il se contentait de rire beaucoup devant ces nouveaux riches qui rêvaient à de ronflants titres de noblesse, sans savoir que la noblesse, la vraie, n'était guère moins rustre qu'eux.

Ah, les illusions, quel doux rêve, mieux vaut se les garder à soi que de risquer d'affronter la vérité... Et puis, comme disait le poète, n'est-ce pas cela qui nous fait avancer?

Pour l'heure, les rêves d'Ivor se résumaient à quelques chopes bien pleines et aux corsages tout aussi remplis des filles de tavernes. A tant fréquenter les demoiselles de petite vertu, c'était à se demander comment il avait pu ne point attraper les maux qui viennent immanquablement à ceux qui mènent une vie dissolue; à croire qu'il était devenu immunisé à tous les maux, sauf à celui qui le rongeait depuis l'enfance et qui le força soudain à s'arrêter alors qu'il venait de remonter une rue en faible pente qui le laissa sans souffle.

Assis sur le pas d'une porte, il évita le peu la chute du contenu d'un seau d'aisances, et s'en fut en clopinant, crachant le sang dans son mouchoir de poche. Une chopine ou deux le remettraient d'aplomb. Sans plus tarder il se hâta vers la taverne la plus proche, l'une de ces belles enseignes point trop sordides où la bière est bonne tout en restant abordable, et où le patron ne passe pas son temps à rogner sur la monnaie. Ivor était familier de ces établissements, généralement bien reçu car il était de bien trop faible constitution pour provoquer ou participer aux bagarres et ce n'était certainement pas à cet élégant jeune homme qu'on pouvait imputer les départs de disputes qui éclataient sporadiquement passé une certaine heure -et un certain nombre de tonneaux vidés.
Et puis n'était-il pas noble? Un noble quelque part, ça fait son effet et les braves aubergistes, quand il se présentaient, étaient tout heureux de recevoir un gentilhomme entre leurs murs.

Ivor tâchait toujours de se montrer prodigue, ne voulant pas gâcher sa belle image. Il laissa donc un peu plus du prix de sa pinte au patron quand il entra, prenant confortablement place de manière à pouvoir observer toute la salle.
Tout en sirotant son alcool âpre comme une gorgée de terre, il lorgna du côté d'un quarteron de demoiselles occupées à servir et distraire les rares clients déjà présents. Près du comptoir, une rouquine de fort belle allure attira son regard et sans plus attendre, Ivor fila lui compter fleurette, amorçant la conversation par l'une de ces formules un peu creuses mais élégantes qui attiraient toujours l'oreille des gens de peu d'esprit.

Un moment plus tard, Ivor était vissé à la donzelle qui n'avait pas l'air non plus décidée à lever le camp. ça n'était pas tous les jours qu'on lui faisait une cour en bonne et dûe forme, mais eut-elle pu avoir un aperçu des pensées pas très catholiques qui flottaient dans la brune caboche du gentilhomme quand il faisait mine de ne pas regarder ses seins, la pauvre fille aurait vite déchanté.
Tout allait donc pour le mieux. Bonne bière, charmante compagnie, et bien que la donzelle eut autant de conversation qu'une fille de ferme, Ivor se trouvait bien aise de l'avoir dénichée.

La salle s'était peu à peu remplie, mais pour le moment personne ne semblait décidé à venir lui disputer sa proie. Personne, vraiment?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan
Rang 3
avatar

Messages : 92
Elys : 2227
Localisation : Là où le vent me mène

MessageSujet: Re: Mignonne, allons voir si la rose...   Dim 20 Mai - 17:05

Orion. Morgan n'y était pas revenue depuis plusieurs mois, et, d'une certaine façon, ça lui faisait plaisir de retrouver cette ville familière. Elle ne s'y sentait pas autant chez elle que sur son navire, c'est vrai, mais, à terre, c'était l'endroit qui se rapprochait le plus d'un foyer à ses yeux. Après tout, c'était là qu'elle avait grandi, elle y avait bien des souvenirs, et même quelques personnes qu'elle pouvait considérer comme des amis.

L'Albatros était arrivé la veille en fin d'après-midi. La première chose qu'avait fait son capitaine avait été de rendre visite à sa vieille mère, qui habitait toujours la même demeure que dans l'enfance de Morgan. Elda débordait de joie de retrouver sa fille, comme à chaque fois qu'elle en avait l'occasion, bien trop rarement d'après elle. Mais elle savait trop bien que l'appel de la mer était bien trop puissant pour qu'elle puisse rivaliser, et que se plaindre ne pourrait mener qu'à une dispute. Elle l'avait vécu avec son mari, et cela continuait maintenant avec sa fille. Elle ne disait donc rien, se contentant de se réjouir de chaque visite, heureuse de la retrouver saine et sauve malgré les dangers qu'elle affrontait.

La mère et la fille avaient passé la soirée ensemble, à ranimer les vieux souvenirs et à se raconter les nouvelles de l'une et de l'autre. Le lendemain, Morgan s'était occupée d'écouler la cargaison qu'elle avait transporté depuis le Taklamakaen. Après avoir déposé sa passagère naufragée, la pirate avait en effet profité de l'escale pour faire affaire avec les nomades, était donc repartie avec un vaisseau chargé de marchandises d'une valeur non négligeable, et quasiment légales. Les revendre n'avaient pas posé problème, étant donné les contacts qu'elle avait encore en ville, et elle avait réussi à conclure des marchés assez fructueux très rapidement. Satisfaite et les poches pleines, elle avait donc donné congé à son équipage, et avait profité de l'après-midi pour se promener un peu dans les rues qu'elle connaissait si bien, pour les avoir souvent arpentées dans sa jeunesse. Beaucoup de choses avaient changé, mais elle reconnaissait tout de même la plupart des bâtiments qui avaient servi de décor à ses jeux d'enfants.

Alors que la soirée approchait, elle se mit en quête d'une taverne afin de terminer sa journée en beauté. Elle fut heureuse de constater que La Brasserie des Renards existait toujours. Elle y avait ses habitudes depuis longtemps, et les soirées y étaient presque toujours agréables. Bien que pas systématiquement des plus calmes... Elle adressa un signe de tête au patron qui la salua après les quelques secondes qu'il lui fallut pour remettre un nom sur son visage, puis observa la salle pour voir si elle n'y trouvait pas d'autres têtes connues. Il ne lui fallut qu'un instant pour repérer une chevelure de feu qui lui était familière. Sans prêter attention à celui qui lui tenait compagnie, Morgan vint s'installer auprès de la jeune femme.

- Bonsoir mignonne. Je t'ai manqué?

Comme elle s'y attendait, elle fut accueillie par un cri strident de l'intéressé, suivi par de courtes effusions puis son prénom prononcé, de manière tout aussi stridente et avec des syllabes excessivement allongées. Maïlys n'avait certes pas inventé l'eau chaude, mais elle avait bonne mémoire et un grand sens de l'affection. Elle était l'une des rares à connaître le secret de Morgan, et pour cause : les deux femmes avaient déjà partagé quelques nuits, assez mémorables. Si la rouquine manquait un peu de discrétion dans ses retrouvailles au goût de la pirate, elle ne lui en tenait pas vraiment rigueur, parce qu'elle savait tenir sa langue sur ce qui important, et qu'elle était de plutôt bonne compagnie. Si Morgan avait remarqué que son arrivée impromptue avait coupé la parole à l'homme qui se trouvait de l'autre côté de la jeune femme, soit elle le cachait bien, soit elle n'en avait vraiment rien à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivor de Taël
Rang 2
avatar

Messages : 15
Elys : 2210
Age : 28

MessageSujet: Re: Mignonne, allons voir si la rose...   Dim 20 Mai - 17:31

Ivor, lancé dans une douce tirade un peu mielleuse mais tellement efficace pour faire tomber les filles comme des mouches, n'apprécia que fort peu d'être interrompu cavalièrement par l'arrivée d'un maraud d'étranger qui se précipita dans les bras de celle qu'il convoitait. Ce à quoi la donzelle répondit par force de piaillements suraigus qui, d'une part, laissaient rêveurs quant aux capacités vocales de la douce, et d'autre part n'indiquaient qu'une chose: les deux se connaissaient, et fort bien. Peut-être même un peu trop. Sans doute que la rouquine Maïlys était d'un naturel expansif, mais faire preuve de tant d'affection pour un homme, c'était suspect.

Il grimaça en sentant lui échapper sa proie du soir, et comme il n'était certainement pas homme à se retenir de courtiser qui bon lui semblait, il ne lâcha certainement pas prise. Si le nouveau venu désirait vraiment se débarrasser d'Ivor, il allait falloir le lui faire comprendre bien plus que franchement. ça ne serait pas la première fois que le gentilhomme se battrait pour les faveurs d'une dame et surtout pas la dernière, bien qu'il fut doué en combat comme en tricot, c'est-à-dire fort peu.

Il avait cependant souvenirs de quelques enseignements reçus, fructueux et utiles, qui lui avaient parfois permis de vaincre, et souvent de sauver l'honneur car c'était avant tout de cela qu'il était question. Ivor n'était peut être qu'un petit noble de province, plus qu'à demi vagabond, mais il gardait chevillé au corps un sens de l'honneur un peu trop vif sans doute, mais qui faisait aussi tout le charme du personnage.
Or donc, ayant laissé les effusions se faire, il se rapprocha tout doucement de la donzelle, armé de son plus beau sourire, et effleura son épaule à demi nue de ses longs doigts agiles.

-Et bien, qu'est-ce que cela? D'impromptues retrouvailles? Aurai-je l'honneur de savoir qui peut ainsi s'enorgueillir d'une telle affection?

Il gratifia le maraud d'un regard aimable, mais qui lui conseillait tout de même de mettre les voiles rapidement parce que voilà, il avait autre chose à faire que d'être dérangé de la sorte dans ses affaires.

Et puis il se pencha à l'oreille de la belle et y susurra de sa voix la plus douce:

-Parbleu, ma douce, vous allez me rendre jaloux.

S'en suivirent quelques mots murmurés si bas que seule Maïlys put les entendre, et fut soudain plongée dans un émoi profond qui lui fit le teint écarlate et le souffle court. Pour ce qui était de glisser les plus suaves et les plus élégantes obscénités aux oreilles des belles, Ivor était passé maître à ce jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan
Rang 3
avatar

Messages : 92
Elys : 2227
Localisation : Là où le vent me mène

MessageSujet: Re: Mignonne, allons voir si la rose...   Mar 22 Mai - 20:39

Toute à ses retrouvailles, Maïlys sembla totalement oublier son prétendant, ce qui ne lui ressemblait pas vraiment. Mais il fallait reconnaître que la surprise, autant que la joie de revoir sa Capitaine au long cours, l'avaient probablement prise de court, ne laissant plus grande place pour autre chose dans son esprit. Qui était rarement encombré, au demeurant. Elle avait donc demandé des nouvelles à Morgan, qui avait commencé à répondre lorsque l'inconnu se rappela au bon souvenir de la belle, d'une manière plus courtoise, à défaut d'être subtile, que l'on n'aurait pu le craindre dans ces conditions.

- Mon dieu, je ne vous ai même pas présentés ! Je suis désolée ! Ivor, voici Morgan. C'est un vieil... ami que je n'avais pas vu depuis longtemps.

L'intonation de la jeune femme autant que l'air qu'elle affichait ne laissait guère de doute quant à la nature de "l'amitié" dont il était question, ce qui amusa beaucoup la pirate. Cette dernière répondit au regard de son rival par un sourire plein de dents, tout en le jaugeant rapidement. Il avait des manières, c'était indéniable. Et de la prestance. Voire même du charisme. Assez loin du genre que la rouquine se dégotait parfois... Ce qui faisait qu'il n'était pas totalement antipathique aux yeux de la pirate. Mais bien entendu ce genre de considérations était loin de suffire pour la décider à quitter la partie...

Elle observa sans rien dire pendant qu'il faisait son petit numéro de jalousie à Maïlys, avant de lui glisser des mots doux à l'oreille, dont la réaction ne se fit pas attendre. Morgan n'en était pas étonnée. Elle la connaissait assez pour savoir qu'elle pouvait avoir bien de l'imagination dans certains domaines. Et qu'il n'y avait pas besoin de grands efforts pour réveiller ses inclinations. Ca faisait d'ailleurs partie de son charme...

La pirate afficha un air amusé tout en répliquant :

- Jaloux ? Je ne suis pas sure que notre belle Maïlys connaisse le sens de ce mot. Si vous la voulez, j'ai peur que vous ne deviez apprendre à partager.

Le genre de réplique propre à indigner bien des femmes, et à vous faire recevoir une gifle avant même d'avoir compris ce qu'il vous arrivait. Mais pas dans le cas présent. La jeune femme ne faisait aucun secret de la façon dont elle menait sa vie, bien au contraire elle l'assumait totalement. C'était, d'une certaine façon, sa façon à elle de revendiquer sa liberté, et c'est peut-être bien pour ça plus que pour tout autre chose que Morgan avait été intéressée par elle au départ.

Toutefois, si elle savait que sa compagne ne risquait pas de mal réagir à sa remarque, il n'en était pas forcément de même pour son prétendant. Combien de fois s'était-elle retrouvée au cœur d'une bagarre de taverne, parce qu'un mâle bien pensant avait jugé bon de défendre ce qu'il estimait être l'honneur d'une pauvre jeune femme sans défense ? Trop pour les compter, en fait. Et souvent à propos de Maïlys, d'ailleurs. Peut-être parce que la pirate ne se permettait pas ce genre de remarque à propos de n'importe quelle femme. Quoi qu'il en soit, ce n'était pas la crainte de représailles d'un parfait inconnu qui de l'arrêter. Au contraire. Elle aimait plutôt bien remettre en place les coqs un peu trop téméraires. Et puis il y en avait aussi qui savaient se tenir et qui ne se prenaient pas d'envie de défigurer le premier inconnu venu au nom d'une Dame à qui ils n'avaient bien entendu pas envisagé de demander son avis.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivor de Taël
Rang 2
avatar

Messages : 15
Elys : 2210
Age : 28

MessageSujet: Re: Mignonne, allons voir si la rose...   Ven 1 Juin - 10:03

hj: désolé pour le retard, je t'ai un peu oubliée ^^"

Ivor afficha un sourire clément quand la demoiselle s'excusa de n'avoir pas présenté en premier lieu le nouvel arrivant. Un ami. Bien bien. Il continuait à sourire, mais le mouvement de sa bouche restait suspendu, comme accroché à sa figure sans lien avec elle, et ses yeux sombres perdaient peu à peu toute chaleur. Un ami? Diable, il tombait bien mal, alors même qu'il n'aurait eu qu'à se pencher pour cueillir la belle et s'en retourner tout guilleret à son logement. Et voilà qu'on lui mettait des bâtons dans les roues... Rien n'était donc simple en ce bas monde? Et le bonhomme ne semblait pas tout à fait décidé à lui laisser le morceau, quand bien même Ivor l'avait vu avant lui.

On néglige trop souvent aussi le fait qu'Ivor renonce trop peu souvent à ce qu'il convoite, et qu'il est tellement plus têtu que ce qu'on peut penser de lui...

Il soutint sans ciller le regard que le jeune "ami" de Mailys posa sur lui, avec toute la morgue suffisance dont était capable un rejeton de l'aristocratie. Le jeune homme ne devait avoir aucun mal à faire tourner la tête des filles, avec son joli et frais minois qui devait changer pas mal du commun des mortels. Difficile de juger de son âge, alors que le faible mais tenace relent de sel et de mer qui l'accompagnait trahissait un marin de métier, quoiqu'encore peu esquinté par la rude vie du grand large. Mousse, sans doute, ou simple marin, gabier ou que savait-il encore, Ivor en voyait de temps à autre accoster en ses terres côtières de Taël.

Ivor souleva très haut un sourcil rempli d'une perplexité teintée de mépris quand le jeune homme parla. Partager? ça n'était pas son genre. Il ne doutait pas de la légèreté des moeurs de son éventuelle conquête future, mais tout de même, n'était-ce pas un peu cavalier? Il glissa un regard en biais vers la belle, et puis sourit très, très doucement à son interlocuteur.

-Monsieur, dit-il d'une voix suave; ne vous a-t-on pas enseigné un jour qu'on ne partage pas les faveurs d'une dame?

Ce disant, il prit délicatement de la main de la jeune femme pour la porter à sa bouche.

-On se contente de ce qu'elle veut bien nous offrir, reprit-il.

Il sentait la provocation poindre sous les paroles de son adversaire, mais, faible comme une mouche, Ivor préférait rester prudent. Si l'autre voulait la bagarre, ça n'était pas à l'honneur douteux d'une inconnue d'un soir qu'il fallait s'attaquer, mais plutôt à celui de ce nobliau égocentrique comme une scie circulaire.
Ivor rendit sa main à Mailys et s'avança d'un pas vers le jeune marin.

-A présent cher monsieur, j'apprécierai grandement que vous remettiez à plus tard vos retrouvailles avec la demoiselle, nous étions en grande conversation avant votre interruption cavalière, dit-il avec une courtoise raideur qui suffisait parfois à délester ses basques de gêneurs les moins obstinés.

ça valait toujours le coup d'essayer de se défaire de l'ami indésirable, bien que, comme souvent, Ivor se doutait que cela ne fonctionnerait pas et que sa langue encore trop bien pendue ne ferait que lui attirer des ennuis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mignonne, allons voir si la rose...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mignonne, allons voir si la rose...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mignonne, allons voir si la rose..(FICHE FINIE)
» Mignonne, allons voir si la rose | Kali
» Emya † Mignonne, allons voir si la rose qui ce matin avait déclose...
» Mignonne, allons voir si la rose... [Gomez]
» Viens voir si la rose est éclose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elysphère :: ★ Sur les chemins de notre monde ★ :: Orion-
Sauter vers: